Portes de Haute-Ubaye
>>
Accueil
>
Randonnée pédestre
>
Portes de Haute-Ubaye
La Condamine-Chatelard

Portes de Haute-Ubaye

Histoire et patrimoine
Hors des sentiers battus
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Ascension parmi les pins sylvestres et les mélèzes dans le cadre enchanteur du sentier balcon de Cuguret. Une belle transition entre la vallée étroite de La Condamine et l'espace ouvert de Jausiers.
Depuis La Condamine, l'itinéraire traverse l'Ubaye puis monte en versant nord dans le bois des Tardées. Il suit ensuite un sentier en balcon jusqu'au fort de Cuguret avant de descendre jusqu'à Jausiers. Le retour en rive droite s'effectue sur le GR® 69 en passant par La Combe et Le Châtelard.

Les 5 patrimoines à découvrir

  • Géologie

    Essaim de séismes de 2003-2004

    L'essaim de 2003-2004 est le plus prolifique jamais observé en France. Bien que la vallée de l'Ubaye soit l'une des zones les plus sismiques des Alpes françaises, dans un secteur de 270 km2 centré sur La Condamine-Châtelard ne se produisent habituellement chaque année que quelques séismes de faible magnitude. En deux ans, on en observera plus de 16 000.

    • de janvier à avril 2003, la crise reste modérée (en moyenne 8 séismes détectés quotidiennement, avec la plus forte secousse, de magnitude 2,3, le 14 mars) ;
    • en mai-juin, les magnitudes ne dépassent pas 1,5, ce qui pourrait faire croire que l'activité est en train de décroître et que la crise est en voie d'extinction ; en réalité, de nombreux séismes continuent à être détectés (24 par jour en moyenne) ;
    • le 21 juin et jusqu'au 5 octobre, l'activité reprend sur un rythme soutenu (80 séismes par jour en moyenne, avec un pic à 361 séismes le 23 juin, un autre pic à 285 séismes le 3 octobre) ; 9 séismes dépassent la magnitude 2, avec un maximum le 27 juillet (magnitude 2,4) ;
    • du 6 au 30 octobre, la sismicité est caractérisée par des magnitudes atteignant 2,7 à trois reprises, alors même que le nombre de séismes décomptés commence à décroître (47 par jour en moyenne) ;
    • à partir de novembre 2003 et sur toute l'année 2004, l'activité décroît très nettement, avec cependant quelques reprises (au total sur cette période, seulement 8 séismes de magnitude supérieure à 2).

    L'essaim s'étire sur 9 km de long, dans une direction NW–SE en travers de la vallée. La zone de rupture, presque verticale, se situe entre 3 et 8 km de profondeur. L'activité a débuté en un endroit bien précis à l'aplomb de La Condamine-Châtelard, et s'est ensuite diffusée en périphérie pour se concentrer à l'extrémité sud-est de l'essaim où ont été localisés les 3 séismes de magnitude 2,7 d'octobre 2003.
  • Géologie

    Essaim de séismes de 2012-2015

    L'essaim de 2003-2004 était devenu complètement inactif lorsque, 8 ans plus tard, un séisme de magnitude 4,3 s'est produit le 26 février 2012 à quelques kilomètres de distance au nord-ouest. Ce séisme, suivi de répliques pendant les premières 24 heures, a activé un autre essaim, lui aussi d'orientation NW–SE, mais décalé par rapport au précédent. Le nouvel essaim s'est lentement développé : il atteignait deux ans plus tard, une longueur totale de 6 km lorsque, le 7 avril 2014, un nouveau séisme de magnitude 4,8 s'est produit, avec un épicentre au même endroit qu'en 2012, mais un foyer situé 1 km plus en profondeur. La réactivation de la totalité de l'essaim 2012-2014 a été immédiate. Dans les mois qui ont suivi, l'alignement s'est encore prolongé sur ses deux extrémités pour atteindre, en juillet 2015, une longueur totale de 11 km.
  • Géologie

    Essaims de séismes de La Condamine-Châtelard

    Plus que par des séismes classiques du type "choc principal + répliques" qui surviennent cependant de temps à autre, la vallée de l'Ubaye est caractérisée par une sismicité en essaims. C'est en particulier le cas dans sa partie haute (Barcelonnette et au-delà) où les essaims sont très fréquents et où est apparue au début du XXIe siècle à La Condamine-Châtelard une activité tout à fait exceptionnelle : un premier essaim (2003-2004) a été pris en relais par un second (2012-2014), lui-même initié par un séisme de magnitude 4,3 en février 2012, puis réactivé (2014-2015) par un second séisme de magnitude 4,8 en avril 2014.
  • Histoire

    Fort de Cuguret

    Après la défaite de 1870, les frontières Françaises des Alpes sont renforcées. On craint un contournement de la forteresse de Tournoux par les vallons de Restefond et des Granges Communes. Le Général Séré de Rivières fait alors édifier le Fort de Cuguret entre 1883 et 1893. Il contrôle une potentielle invasion de la Vallée de l’Ubaye par l’ennemi Italien.
    Un réseau de communications optiques permettait, par conditions météorologiques favorables, d’envoyer un message de Grenoble à la Méditerranée par un jeu de postes-relais.
    En 1891, une caserne-logement dotée d’une boulangerie est construite à l’extérieur du Fort. Elle accueillait 1 officier, de 22 à 30 soldats et 1 télégraphiste. Les postes optiques A et B sont ajoutés, relais entre le Fort supérieur de Tournoux (Serre de l’Aut) et la Batterie de Dormillouse.

    fort-de-cuguret.com
  • Histoire

    Le chef lieu de la commune

    A l'origine, La Condamine était un simple hameau du village de Châtelard, situé plus en hauteur. Lors de la Révolution, la commune de Châtelard fut créée, dont dépendait La Condamine. Puis au XIXe siècle, La Condamine prospéra tandis que Châtelard perdait de l'importance. En 1850, le siège de la commune fut transféré de Châtelard à la Condamine, et la commune prit le nom de La Condamine-Châtelard.

Description

  1. Poteau La Condamine (1 286 m) - Du pont le long de la D900, traverser sur le passage piéton et suivre le ruisseau du Parpaillon en rive droite sur 200 m (Balisage).
  2. Poteau Passerelle des Pompiers (1 280 m) - Au niveau de la passerelle, l'emprunter à gauche sur le GR® 69 (Balisage) et continuer en rive opposée jusqu'au pont sur l'Ubaye. Le franchir et suivre la piste sur 150 m. A l'embranchement, prendre à droite le sentier montant en forêt. Il est coupé maintes fois par une traîne de débardage. Finir par suivre cette piste, jusqu'à qu'elle laisse à nouveau la place à un sentier en lacets.
  3. Poteau Bois des Tardées (1 790 m) - A la bifurcation, abandonner le GR® qui part à gauche et continuer tout droit en traversée (Balisage). Passer plusieurs ravins abrupts, le sentier grimpe raide un moment sur des dalles de rochers. Poursuivre sur une traversée en balcon sous les mélèzes. L'itinéraire longe une prairie puis descend jusqu'à une source captée. Le sentier s'élargit et rejoint une piste militaire, 250 m avant la batterie de Cuguret.
  4. Poteau Piste de Cuguret (1 850 m) - Traverser la piste et continuer en contrebas sur un sentier dans les pins. Couper plusieurs fois la piste.
  5. Poteau Chemin militaire (1 490 m) - Laisser la piste et suivre le sentier à gauche dans les pins jusqu'à une clairière sur un promontoire (point de vue sur Jausiers). Descendre en lacets une petite falaise à gauche et retrouver le bois. Descendre la piste en lacets au milieu d'anciennes terrasses cultivées, passer au-dessus du plan d'eau de Jausiers et atteindre le parking puis le pont des Chèvres.
  6. Poteau Pont des Chèvres (1 236 m) - Passer le pont et traverser la route D900 (Balisage). Prendre la petite route en face, qui se transforme rapidement en chemin large, en traversée au-dessus de la vallée de l'Ubaye. Ignorer le sentier qui monte à gauche et celui qui descend au Pas de Grégoire à droite. Cheminer en balcon le long des rochers et continuer jusqu'à une petite route.
  7. Poteau La suivre sur la gauche en montant. Dans le cinquième lacet, prendre à droite le chemin puis passer devant une croix. Poursuivre à plat, passer devant une chapelle et rejoindre une large piste en terre.
  8. Poteau Chemin de la Combe (1 200 m) - Descendre cette piste jusqu'au hameau du Châtelard et le traverser. Continuer à descendre, retrouver la D900 et la traverser. Passer devant le cimetière, longer la rivière et retrouver le point de départ.

Itinéraire inscrit au Plan Départemental de la Randonnée des Alpes de Haute-Provence.
  • Départ : La Condamine-Châtelard
  • Arrivée : La Condamine-Châtelard
  • Communes traversées : La Condamine-Chatelard et Jausiers

Profil altimétrique


Recommandations

Passages aériens entre les points 3 et 4.

Lieux de renseignement

Agence de Développement des Alpes de Haute-Provence

8 rue Bad-Mergentheim, 04005 Digne-les-Bains Cedex

https://www.tourisme-alpes-haute-provence.com/

Office de tourisme de Jausiers

Rue principale, 04850 Jausiers

http://www.ubaye.com/info@jausiers.com+33 (0)4 92 81 21 45

Transport

Limitons les déplacements en voiture, pensons aux transports en commun et au covoiturage. Tous les transports en commun sur zou.maregionsud.fr

Service de navettes gratuites en saison dans la vallée de l'Ubaye.

Accès routiers et parkings

Depuis Barcelonnette (14 km), suivre la D900 en direction de Jausiers jusqu'à La Condamine.

Stationnement :

Parking de la Mairie, La Condamine-Châtelard.

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :