Tour de Fontbelle (parcours vélo n°2)
>>
Accueil
>
Randonnée vélo
>
Tour de Fontbelle (parcours vélo n°2)
Digne-les-Bains

Tour de Fontbelle (parcours vélo n°2)

Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
L'une des plus belles boucles à vélo du département ! Le tour de Fontbelle réunit tous les ingrédients d'une sortie inoubliable : ascension de col sportive, paysages envoûtants de l'UNESCO Géoparc de Haute-Provence et panoramas à couper le souffle !
Depuis Digne-les-Bains, ce circuit s'élève vers le Pas de Bonnet puis le col de Fontbelle. Pendant l'ascension, la vue s'ouvre largement sur la vallée et les sommets environnants. Le circuit bascule ensuite au coeur du massif sur Authon et Saint-Geniez avant de plonger sur Sisteron et sa citadelle. Le retour jusqu'à Digne-les-Bains, assez roulant, se fait au fil des vallées.

Les 11 patrimoines à découvrir

  • Histoire

    Alexandra David-Neel (1868-1969)

    Exploratrice, orientaliste, écrivain, fascinée par les routes et les voies de chemin de fer depuis sa plus tendre enfance, Alexandra David-Neel va être hantée pendant toute sa longue et laborieuse vie (101 ans). En 1911, elle part pour effectuer un voyage d’étude de dix-huit mois en Inde.
    Elle ne revient que treize ans plus tard après avoir parcouru l’Extrême-Orient en tous sens. Elle a notamment traversé le Tibet à pied, sous un déguisement de mendiante, qui lui a permis de vivre incognito, deux mois durant, dans la capitale interdite de Lhassa en compagnie de son fils adoptif, le jeune lama Yongden. De cet extraordinaire périple, elle ramène diverses études qu’elle publie avec succès.
    Le 8 septembre 1969, cette femme hors du commun meurt à Digne où, séduite par la beauté des Alpes-de-Haute-Provence, elle avait installé son pied à terre.

    A visiter : Le musée Alexandra David-Neel,
    27 avenue du Maréchal-Juin,
    04 000 Digne-les-Bains
    www.alexandradavid-neel.fr
  • Histoire

    Château de Malijai

    Associé au retour de Napoléon lors de sa remontée audacieuse vers Paris, le château de Malijai est l’exemple magistral de l’architecture seigneuriale du XVIIIe siècle, dans les Alpes Provençales.

    C’est en 1632 que Melchior de Mazargues, conseiller au parlement d’Aix, achète la maison seigneuriale de Malijai et remplace celle-ci par un château édifié ente 1635 et 1643. Il est racheté en 1759 par un négociant, Pierre Vincent Noguier. La famille qui lui succédera saura toujours le restaurer à grands frais comme d’y adjoindre un étage supplémentaire.
    En 1815, le château appartient toujours à la famille Noguier et c’est le petit fils du premier propriétaire qui accueille Napoléon 1er à son retour de l’Ile d’Elbe dans la nuit du 4 au 5 mars.

    C’est Edouard Noguier qui fût l’hôte de l’Empereur et de ses officiers en 1815. Napoléon débarqua sur la grande place de Malijai devant les habitants massés le long des rues. Accueilli chaleureusement par le maire de la commune, Jean-Baptiste Hugues, il fut conduit au château de Malijai pour y passer la nuit. C’est là qu’il attendit des nouvelles de son fidèle Cambronne parti s’emparer de la citadelle de Sisteron. Dans la nuit, la nouvelle tombe, le fort est pris il peut continuer sa route, la route du Dauphiné est libre.

  • Faune

    Espace Naturel Sensible de la retenue de l'Escale

    La retenue de l’Escale correspond à un aménagement artificiel construit sur la Durance dans les années 1960 pour des besoins de production d’électricité. En modifiant le fonctionnement hydrologique du cours d’eau, la présence de cet ouvrage sur les communes de Château-Arnoux, l’Escale et Volonne est à l’origine du développement de nouveaux milieux, tels que des formations végétales palustres et de l’installation de nouvelles espèces animales et végétales associées. La retenue de l’Escale a alors principalement suscité l’intérêt des ornithologues en créant notamment les conditions d’hivernage et de reproduction pour des oiseaux jusqu’ici uniquement observés de passage en Durance. Ce site a été inscrit à l’inventaire des Zones d’Importance pour la Conservation des Oiseaux (ZICO) à la fin des années 1990 puis classé en zone « Natura 2000 » sur le plan faunistique et plus précisément pour son avifaune remarquable.
    Le site est également classé Réserve Ornithologique depuis 2016.
  • Histoire

    Halte de Napoléon à Digne-les-Bains

    Arrivé le samedi 04 mars 1815 à midi, jour de marché, Napoléon pénètre dans la ville de Digne par la rue Mère de Dieu. Il déjeune à l'ancien hôtel du Petit Paris tenu par Louis Bausset (plaque commémorative sur la façade : 2 rue du Jeu de Paume). Les troupes bivouaquent sur le Pré de Foire et au cours Arès. L'Empereur quitte Digne vers 15h par le boulevard Gassendi (autrefois Chemin Neuf ) et le Grand Pont.
    Le Préfet Duval, pourtant prévenu la veille de l'arrivée de Napoléon, ne croyait pas à une avancée si rapide, avec seulement 32 hommes de garnison il n'a pas pu opposer une résistance armée à l'avancée de l'Empereur.
  • Flore

    La forêt n'a que 120 ans

    Les grands pins noirs d'Autriche qui composent cette forêt ont a peu près tous la même taille, car elle a entièrement été plantée par l'homme il n'y a guère plus de 100 ans.

     

    Au siècle dernier, le paysage ne comportait presque plus d'arbres, mais ce n'était pas le vide pour autant. L'utilisation du sol par l'homme était intense. La population était plus nombreuse que maintenant et dispersée dans la montagne pour prendre soin des pâturages et des près de fauche. Mais au milieu du XIXème siècle commence un exode qui va rapidement vider la vallée de ses habitants. Parallèlement, l'Etat s'engage dans une vaste entreprise de restauration des terrains en montagne, dont le reboisement est un des atouts. Ainsi vous vous trouvez dans une forêt de pins plantés il y a 120 ans.

  • Pastoralisme

    Le pastoralisme

    En franchissant la barrière, vous pénétrez dans une zone pastorale gérée par le centre de formation agricole de Carmejane, situé au Chaffaut-Saint-Jurson. Depuis plus de 30 ans cet établissement forme les futurs professionnels de l’agriculture et de l’élevage. Une ferme expérimentale réalise des tests en grandeur nature des innovations spécifiques à l’élevage ovin dans les massifs préalpins. La qualité de la viande locale est d'ailleurs reconnue par un label rouge et une indication géographique protégée dénommée "Agneau de Sisteron".

  • Faune

    Réserve Ornithologique de Haute-Provence

    Créée à l’initiative de la LPO PACA (Ligue de Protection des Oiseaux) et de l'association La Cistude, la réserve a été inaugurée le 6 février 2016.
    Cette réserve s’étend sur l’ensemble du carrefour Bléone Durance. Elle recèle une vraie richesse avifaunistique (180 espèces d'oiseaux ont pu être observées). Il s'agit de la deuxième plus grande réserve ornithologique de la région après la Camargue.
    La réserve compte 3 sites qui composent cet espace de biodiversité.   
    Le lac de l’Escale, qui fut créé par la construction du barrage hydroélectrique. Ce site est caractérisé par une diversité d’habitats favorables à l’installation de nombreuses espèces. Un site d'observation des oiseaux a été aménagé à proximité du sentier du tour du lac, sous le village de l'Escale.
    Le lac Joël Siguret aux Mées qui est une ancienne gravière, aujourd’hui aménagée en lieu de détente et de loisirs. Il abrite plusieurs espèces dont certaines exceptionnelles.
    La retenue de Malijai, créée également suite à l'édification du barrage. Ce site est le paradis des libellules, mais il cache un autre habitant plus surprenant : le fameux castor d’Eurasie, le plus gros rongeur d’Europe.
  • Histoire

    Théopolis, la cité de Dieu

    Au début du Vème siècle, autour de 409 - 414, un personnage illustre, Dardannus, préfet des Gaules et néanmoins chrétien, se retira sur ses terres dans la vallée de Saint-Geniez où il créa Théopolis, la cité de Dieu.
    Sans doute le nom du lieu était-il inspiré de l'ouvrage du même nom écrit en 413 par St Augustin avec qui Dardannus était lié. Quelques années plus tard, le beau-frère de Dardannus fit sculpter cette histoire à même la roche dans la clue de Chardavon appelée aussi défilé de la Pierre Ecrite. Mais on ne retrouva jamais l'implantation de la fameuse Théopolis.
  • Histoire

    Village abandonné de Lagremuse

    Après une courte ascension dans la chênaie, apparaissent les ruines du village de Lagremuse. Village fantôme, perché sur une arête rocheuse, dominant fièrement la vallée de la Bléone, Lagremuse témoigne aujourd'hui du terrible exode rural qui frappa les campagnes de la Haute-Provence à partir du milieu du XIXe siècle. L'abbé Feraud relate dans son "histoire, géographie et statistiques du département des Basses-Alpes", que 64 habitants peuplaient la petite commune en 1864. Le nom de Lagremuse vient du Provençal Lagramusa, qui signifie lézard gris.

  • Histoire

    Village de Chénerilles

    Le village de Chénerilles se compose d'une église, du presbytère et de deux habitations. Le restant de la population, qui n'est en tout que de 72 âmes en 1864, est disséminé dans la campagne. Ce lieu aujourd'hui abandonné fut atteint par la peste dans les derniers jours de mai de l'an 1629, réduisant la population à 4 habitants. Il fût repeuplé par la suite. Le déclin s'est accéléré à partir de 1900, la commune est rattachée à Malijai en 1974 alors qu'elle compte moins de 10 habitants.
  • Histoire

    Volonne

    Volonne est un village au patrimoine riche situé au bord de la Durance. Napoléon s'est arrêté à Volonne le 5 mars 1815 pour se restaurer d'un canard aux olives dans l'auberge du Poisson d'Or. Au centre du village de Volonne, une fresque murale devant la fontaine commémore le passage de l'Empereur. Si vous poussez jusqu'à la rue Latil-Mathieu une plaque souvenir indique en provençal  "Ici le 5 mars 1815, Napoléon 1er passa et pissa"!

Description

  1. P - Digne-les-Bains (600 m) - Depuis l'office de tourisme, traverser le pont sur la Bléone (Balisage) et prendre à droite au rond-point sur l'avenue de Verdun. Continuer toujours tout droit, traverser la zone commerciale jusqu'au rond-point de la route de Champtercier.
  2. Carrefour Route Napoléon/D3 (560 m) - Prendre à droite la D3, monter à Champtercier, franchir le pas de Bonnet (886 m) puis redescendre sur son versant nord. Au carrefour avec la D17, prendre à droite vers Thoard. Traverser le village (Eau) puis reprendre la D3 sur la droite.
  3. Carrefour D3/D117 (753 m) - Au carrefour suivant avec la D117, rester à gauche sur la D3 et commencer l'ascension du col de Fontbelle. Le franchir (1 304 m) et redescendre sur les village d'Authon, puis de Saint-Geniez (Eau). Le circuit suit ensuite la D3 à la descente jusqu'à Sisteron.
  4. Carrefour D3/D951 (450 m) - Prendre à gauche la D951, ne pas franchir le pont sur la Durance, continuer ensuite sur la D4 en rive gauche, direction Volonne.
  5. Carrefour D4/N85 (434 m) - Traverser la N85 avec prudence pour prendre en face une petite route parallèle à travers la plaine. Rejoindre la N85 à nouveau et la prendre sur la droite jusqu'à Malijai.
  6. Malijai (426 m) - Quitter la N85 et s'engager dans le village à droite. Franchir le pont. Au rond-point prendre la 2ème sortie et prendre la D12 à gauche. La quitter peu après pour s'engager à gauche sur la D8 en direction du Chaffaut.
  7. Carrefour D8/D12 (490 m) - Poursuivre tout droit sur la D12. Passer le village du Chaffaut et, au rond-point du plan d'eau, poursuivre tout droit vers le centre ville de Digne-les-Bains.
Station Station service vélo (lavage, gonflage, fontaine à eau) derrière l'office de tourisme de Digne-les-Bains (gare routière).
  • Départ : Office de tourisme, Digne-les-Bains
  • Arrivée : Office de tourisme, Digne-les-Bains
  • Communes traversées : Digne-les-Bains, Champtercier, Thoard, Le Castellard-Melan, Authon, Saint-Geniez, Entrepierres, Sisteron, Salignac, Volonne, L'Escale, Malijai et Le Chaffaut-Saint-Jurson

Profil altimétrique


Lieux de renseignement

Agence de Développement des Alpes de Haute-Provence

8 rue Bad-Mergentheim, 04005 Digne-les-Bains Cedex

https://www.tourisme-alpes-haute-provence.com/

Office de tourisme Provence Alpes Digne-les-Bains

Place du Tampinet, 04000 Digne-les-Bains

https://www.dignelesbains-tourisme.com/+33 (0)4 92 36 62 62

Office de tourisme Sisteron Buëch

1 Place de la République, 04200 Sisteron

http://www.sisteron-buech.fr/sisteron@sisteron-buech.fr+33 (0)4 92 61 36 50

Transport

Limitons les déplacements en voiture, pensons aux transports en commun et au covoiturage. Tous les transports en commun sur zou.maregionsud.fr

Train des Pignes (ligne Digne-les-Bains - Nice) : cpzou.fr


Accès routiers et parkings

Stationnement :

Parking du Tampinet, Digne-les-Bains.

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :